Retour sur la rencontre à Chateaubourg avec Natacha Harry, Émilie de Marco et Didier Bernard.

Samedi 27 avril dernier, rendez-vous était donné sur les terres bretonnes de Didier avec plusieurs membres de la liste Agissons pour la SPA.

Après la visite des trois refuges d’Ille et Vilaine, nous avons rencontré des adhérents, bénévoles et jeunes SPA pour un échange ouvert, libre et surtout très riche et concret entre Natacha, Emilie et Didier.

Ce dialogue nous a confirmé dans l’idée que les forces vives de la SPA se trouvaient sur le terrain. Au-delà des problèmes soulevés, nous avons été attentifs aux solutions proposées.

réunion Chateaubourg

Après les présentations de chacun, Natacha a expliqué notre projet et notre vision de la SPA :

  • Un projet pragmatique et réaliste pour une ambition forte : la protection animale. Plutôt que de rêver au monde parfait, nous voulons agir concrètement sur le terrain pour les animaux abandonnés et maltraités.
  • Notre équipe est très complémentaire en compétences, expérience et en âge 😉 Nous comptons des membres actifs de la SPA (délégué président, trésorier, secrétaire, délégué enquêteur) qui connaissent bien le terrain, ses difficultés mais aussi ses ressources. Ils ont également l’expérience des luttes de pouvoir, de personnes et ne veulent plus vivre ça. Nous comptons également des amoureux des animaux, récents adhérents qui n’ont aucun parti pris dans les querelles anciennes et ne souhaitent surtout pas y rentrer ! L’énergie de chacun est plus utile à défendre la cause animale que des causes personnelles.
  • Nous considérons que si la protection animale est une priorité, elle ne doit pas se faire au détriment des hommes, salariés et bénévoles de l’association. « On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas ! »

Un temps des questions était ensuite prévu et a été l’occasion d’aborder plusieurs sujets et notamment :

  • La question de la mutualisation des achats. Les personnes présentes et notamment responsables de refuges et salariés ont expliqué que chaque achat était géré au niveau de chaque refuge, sans aucune mise en commun des moyens.
  • Les relations avec le siège. Avec l’expérience, certains ont su identifier les personnes utiles au siège et tisser des bonnes relations de travail. D’autres nous ont expliqué avoir plus de difficultés.

Nous avons donc constaté un problème majeur de communication et de relation entre le siège et les refuges.

Nous pensons que le siège de la SPA doit être un outil au service des refuges et des délégations. Pour nous, tout l’intérêt d’une structure nationale c’est de pouvoir mutualiser les ressources et les moyens pour optimiser le fonctionnement.

  • Au-delà du support administratif, nous allons étudier l’opportunité de prévoir un regroupement des achats et notamment pour les fournitures/papeterie, les croquettes, les équipements des refuges, etc.
  • Les risques pour l’image de la SPA représentés par la confusion possible avec les Confédérations des SPA. Récemment un refuge de la Confédération a été fermé révélant des conditions d’hébergement des animaux inadmissibles. Nous avons discuté de ce problème. En effet, les confédérations de la SPA ont le droit d’utiliser le sigle SPA accolé au mot confédération. Pour autant, il est important que le grand public fasse la distinction entre les deux. Le groupe a évoqué la possibilité de diffuser largement la carte des localisations de nos SPA. Déjà disponible sur le site de la SPA, nous devrons réfléchir à une diffusion plus large. Par ailleurs, nous devrons surveiller les médias pour s’assurer que de nouvelles confusions ne soient faites et répondre immédiatement si tel était le cas.
  • La formation des personnes : Présidents notamment à leur arrivée et des délégués enquêteurs. La gestion des refuges est une mission complexe qui demande beaucoup de connaissances. Si des progrès incontestables ont été faits en matière de formation, notamment pour les nouveaux Présidents, la formation reste pour nous un axe prioritaire. En effet, il est indispensable que les bénévoles et les salariés reçoivent la formation indispensable et nécessaire au bon exercice de leurs missions. C’est aussi une question de sécurité pour eux et les animaux !

 

Nous tenons à remercier encore chaleureusement tous ceux qui sont venus nous rencontrer et échanger avec nous. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités